Burn out et bore out (et brown out)

Syndrome d’épuisement professionnel et syndrome d’épuisement professionnel par l’ennui.

Burnout: D’un point de vue clinique, le syndrome principal est l’épuisement dans toutes ses dimensions, à savoir physique (par exemple, faiblesse musculaire), émotionnel (accablement), motivationnel (manque de motivation), cognitivo-mnésique (troubles de la concentration) et social (repli sur soi). L’épuisement est le plus souvent combiné à des symptômes de stress comme des troubles du sommeil, végétatifs ou des douleurs de tension.
Boreout: quatre termes ennui, sous-menage, désintérêt et stratégies comportementales. Il s’agit d’un manque de tâches captivantes et exigeantes, sur le plan qualitatif et/ou quantitatif. Les personnes touchées par le boreout ne sont, en premier lieu, ni des fainéants ni des employés démotivés. De la même manière que les personnes risquant le burnout, elles sont en principe ambitieuses et intéressées à l’idée de se réaliser avec succès dans le monde professionnel. Il leur manque simplement l’environnement de travail adéquat pour y parvenir, que ce soit en raison d’un choix professionnel inadapté ou d’un lieu de travail inapproprié (par exemple, un supérieur hiérarchique qui ne confie que des tâches ennuyeuses).

En cas de burnout, une spirale infernale s’amorce. L’élément déclenchant, à savoir le stress, inclut la surcharge de travail et de responsabilité, la pression de la part de l’entreprise, un supérieur hiérarchique difficile, etc. De plus, le candidat au burnout s’impose lui-même une énorme pression par des mécanismes intérieurs ancrés dans sa personnalité, notamment le perfectionnisme, la sur-responsabilité allant jusqu’au syndrome du sauveur, le contrôle compulsif anankastique ou l’addiction narcissique à l’admiration. La détresse naît de l’écart grandissant entre le Devoir (exigences intérieures et extérieures) et le Pouvoir (entre autres les compétences personnelles, le budget-temps et le soutien au travail). La réaction de stress se manifeste par l’épuisement accompagné de symptômes de stress. Les exigences données deviennent alors un déclencheur de stress encore plus important et le cercle devient de plus en plus vicieux, jusqu’à atteindre un dangereux épuisement physique et moral.

En cas de boreout, le facteur de stress est de type négatif et réside dans la frustration liée au sous-menage. Celle-ci est aggravée par les stratégies comportementales paradoxales. Initialement, celles-ci sont tout à fait apaisantes, mais progressivement, elles deviennent un piège. Comparativement au burnout, la détresse est ici inversée: le Devoir est plus bas que le Pouvoir. La réaction de stress réside dans un vide narcissique épuisant, accompagné d’une perte de la motivation. Le manque de tâches intéressantes s’accentue et le stress lié au sous-menage se renforce, entraînant finalement un sentiment d’«ennui mortel», accompagné de symptômes cliniques. Le cercle vicieux de stress est soumis à un processus de ralentissement se renforçant lui-même.

RMS_471_923

À l’instar du burn-out et du bore-out, le brown-out frappe les personnes qui ne trouvent plus de sens à leur travail, notamment parce qu’elles ne peuvent y valoriser leurs compétences et leur talent.

Cocktails sans alcools

Lassi à la mangue (pour 4 pers.)

  • 2 yaourts brassés
  • 1 verre de pulpe de mangue
  • 1 verre de lait
  • 2 cs de sucre

Mélanger les ingrédients et laisser au frigidaire.

(Réf.: Journal du terrain d’aventure du Grand-Lancy, printemps 2008)

California Sun (pas encore testé)

  • 3 dl de jus de pamplemousse
  • 3 dl de jus d’orange
  • 3 dl de jus de citron
  • 1 doigt de sirop d’érable

Mélanger les ingrédients au shaker. Servir en décorant par une tranche d’orange plantée sur le rebord du verre.

(Réf.: J’achète mieux 328 Déc.04/Janv.05, page 9)

Champagne sans alcool (pas encore testé)

  • 2 dl de jus d’orange
  • 3 dl de jus de pomme
  • 5 dl d’eau minérale bien gazeuse

Mélanger les jus de fruits, conserver au froid. Ajouter l’eau gazeuse froide au moment de servir.

(Réf.: J’achète mieux 328 Déc.04/Janv.05, page 9)

Orange Blossom (pas encore testé)

  • 3 dl de jus d’orange
  • 2 dl de jus d’abricot
  • quelques gouttes d’extrait de vanille
  • 5 dl de Canada dry

Mélanger dans un shaker les ingrédients, à l’exception du Canada dry. Verser dans un verre puis ajouter le soda.

(Réf.: J’achète mieux 328 Déc.04/Janv.05, page 9)

Crépuscule (pas encore testé)

  • 5 dl de crème fraîche
  • 3 bananes
  • 1 dl de grenadine
  • 1 dl de jus d’orange

Mixer le tout et servir.

(Réf.: J’achète mieux 328 Déc.04/Janv.05, page 9)

Pâtes à tartiner maison

au chocolat

(Pour env. 3 pots de confiture)

250 g de chocolat noir
200 g de beurre
Faire fondre le chocolat et le beurre au microonde (attention le beurre a tendance a exploser si trop chaud)
1 boite de lait condensé sucré
1 cc d’extrait de vanille (facultatif)
100 g de noisettes moulues ou 4 CS d’huile de noisette (est plus facile à tartiner avec l’huile)
Mélanger au mixer puis mettre au réfrigérateur

au lait – « cajeta »

1 boite de lait condensé sucré Cuire en bain marie (laisser la boite fermée dans l’eau frémissante) pendant 1 heure

Glaces

Fruit de la passion

150 g de jus de fruits de passion (équivaut au double avant d’enlever les grains) Couper les fruits de la passion en 2 en récupérer toute la pulpe avec une petite cuillère. Passer cette pulpe au chinois.
le jus d’1 citron  Ajouter
4 jaunes d’œufs
110 g de sucre en poudre
Dans un saladier, mélanger au fouet les jaunes d’œuf avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse.

Ajouter les jus du citron et des fruits de la passion, mélanger.

20 cl de lait
25 cl de crème liquide
Ajouter le lait et la crème et mélanger à nouveau.

Verser dans une casserole et cuire à feu doux jusqu’à ce que le mélange épaississe et nappe la cuillère. Laisser refroidir et mettre dans la sorbetière.

Extrait de vanille

 

3 gousses de vanille fendues
250 ml d’alcool (vodka ou rhum)
Mettre dans un contenant et secouer. Laisser macérer min. 2 mois (secouer min. 2x/sem) dans un endroit sombre et frais. On peut compléter d’alcool ou de gousse utilisée (rincée et séchée si a été trempée dans du lait) au fur et à mesure de l’utilisation.

Yogourt dans la yaourtière

  • 9 dl de lait
  • 80 g de sucre
  • café fort
  • 125 g de yogourt nature

Bon à savoir [Réf.: journal swissmilk family]

  • Température: les bactéries lactiques meurent au-dessus de 45°C.
  • Fourchette: utiliser une fourchette pour remuer afin de ne pas faire de mousse.
  • Lait écrémé en poudre: fend le yogourt plus crémeux et plus ferme.
  • Yogourt doux: utiliser sur yogourt à la crème ou à la grecque comme ferments.
  • Laisser reposer: ne pas bouger ni remuer le yogourt pendant la fermentation.

Confitures

Fraise (pour 4 pots)

  • 1 Kg de fraises lavées et équeutées
  • 900 g de sucre

Coupez-les en deux et faites-les macérer 12 h avec le sucre.
Porter le tout à ébullition , maintenir l’ébullition pendant 20 min en écumant (jusqu’à évaporation de la majorité du liquide).
Mettre en pots. Retourner les pots jusqu’à refroidissement.

Abricot (pour 4 pots)

  • 1 Kg d’abricots lavés (sans le noyau)
  • 600 g de sucre
  • 1 CS de jus de citron

Disposer une couche de fruits puis une couche de sucre et ainsi de suite. Arroser de jus de citron. Couvrir d’un linge et laisser reposer pendant 12 heures.
Chauffer à feu doux, remuer et laisser cuire 30 min. Mélanger. Porter le tout à ébullition et maintenir l’ébullition pendant 15 min.
Mettre en pots. Retourner les pots jusqu’à refroidissement.

Clafoutis aux mirabelles

 

400 g de mirabelles dénoyautées Mettre dans un plat beurré
125 g de farine
3 oeufs
Mélanger
80 g de sucre
30 g de beurre fondu
3 dl de lait
Ajouter à l’appareil et mélanger au fouet
Verser le tout sur les mirabelles

Cuire à 160° pendant env. 40 min.

(Réf.: transformation d’une recette trouvée sur)

Dessert choco-orange (choc blanc)

Prévu pour 4 moules de 1 3/4 dl, graissé, fariné. Peux se préparer 1/2 jours à l’avance. Sortir du frigo 20 min. avant d’enfourner.
50g de double crème
1 cs de liqueur d’orange

200g de chocolat blanc (pex Toblerone), concassé
zeste d’1/2 orange non traitée
Faire fondre le chocolat avec les ingrédients dans un récipient à paroi mince au bain-marie chaud, laisser tiédir
2 oeufs frais
20g de sucre
Ajouter au mélange. Travailler l’appareil env. 5 min. aux fouets
50g de farine Ajouter au mélange

Verser dans les moules préparés, lisser, mettre env. 30 min. au frais. Cuisson env. 25 min. dans la moitié inférieure du four préchauffé à 180°C. Détacher les bords avec la lame d’un couteau, démouler les petites gâteaux sur une grille, puis dresser sur les assiettes. Servir chaud.

(Réf.: Journal Betty Bossi)

Dessert choco-châtaignes (choc noir)

Prévu pour 4 moules de 1,5 dl, chemisé d’un film transparent. Peux se préparer 2 jours à l’avance ou bien congeler pour 1 mois.

300g de purée de châtaignes surgelée, dégelée
2 cs Grand-Marnier
Travailler la purée pour l’assouplir
100g de mascarpone
50g de sucre glace
Ajouter au mélange
150g de chocolat noir, fondu Ajouter au mélange

Verser dans le-s moule-s préparé-s, lisser, mettre env. 4h à couvert au frais.

(Réf.: Journal Betty Bossi)